fbpx
03 Déc

La voyance est-elle un don ?

Voici 1 exercice très simple à faire tous les jours mais avant je dois répondre à cette question.

On me demande souvent si la voyance est un don.

Voici ma réponse :

Depuis le milieu du XIXème siècle, des chercheurs ont mis au point de nombreuses expériences pour tester l’existence de la voyance et étudier comment cela fonctionne.

J’en ai déjà parlé plusieurs fois et si la recherche scientifique sur ces sujets vous intéresse, je vous recommande cette vidéo.

Ces recherches ont permis de démontré d’une part que la capacité de voyance existe et qu’elle est (c’est marqué dans la phrase), précisément… une capacité.

Une capacité humaine, une propriété de la conscience.

Cela signifie que tout individu doté d’une conscience a naturellement accès à une capacité de voyance.

De la même façon qu’un être humain qui possède deux jambes a la capacité de marcher et de courir.

Donc ce n’est pas un don.

Mais la question devient : comment se fait-il que certaines personnes l’utilisent et d’autres non ?

L’analogie marche encore avec l’histoire des jambes : certains sont déjà fatigués à 2 m du canapé quand d’autres courent des marathons et en redemandent.

Il y a plusieurs réponses mais on pourrait dire très rapidement qu’il y a une question de choix de vie et aussi, mais surtout une question d’entrainement.

Les recherches ont montré que la capacité de voyance est plus fréquemment utilisée par les personnes sensibles et avec des talents artistiques.

Comme si la capacité à exprimer ses émotions et ses sentiments par l’art allait de pair avec la voyance.

On observe aussi que les traumatismes ont pour effet de réveiller la capacité de voyance. Comme si l’agitation interne ou comme si un phénomène de résilience allait de pair avec l’utilisation soudaine de ce genre de capacité. C’est compréhensible, un individu face à un danger ou en « mode survie », emploie automatiquement toutes ses capacités.

Souvent les enfants sont très intuitifs, très « poreux » et certains d’entre eux, à l’adolescence (et encore plus s’il survient des traumatismes), conservent une sensibilité particulière qui les rend très « voyant ».

Cette histoire de don, c’est un mythe forgé au cours du XIXème siècle et une façon d’obtenir une forme de reconnaissance.

Avoir un don, c’est se distinguer des autres, c’est être au-dessus d’eux et c’est l’idée que certains médiums ou voyants aiment à entretenir.

Les personnes qui semblent très douées naturellement sont celles qui ont un accès facile à leur intériorité : ce sont des gens hyper-sensibles qui ressentent des sentiments et des émotions, ont de l’empathie. Ce sont des gens très en lien avec leur intériorité. D’ailleurs le mot intuition vient du latin intuitio  qui signifie « je me regarde de l’intérieur ».

Il n’y a pas de talent sans travail.

De même que tout le monde peut courir un marathon. Mais pas sans entrainement.

Avoir des flashs par ci par là sans rien contrôler c’est une chose.

Faire de la voyance sur commande et sur n’importe quel sujet, c’est autre chose.

Ça s’entraine.

Et dans cet article je voudrais vous proposer un exercice quotidien qui, si vous le faites sérieusement, vous aidera à vous reconnecter à votre intériorité et indirectement, à améliorer l’utilisation de cette capacité de voyance.

C’est une forme d’entrainement.

Ouvrez grand les yeux.

Peu importe où vous vous trouvez.

Prenez conscience des couleurs qui sont autour de vous.

Et si vous avez de quoi noter sous la main, écrivez-les.

Comment sont les luminosités ?

Quelles formes géométriques avez-vous autour de vous ?

Si vous lisez ce message dans le métro par exemple, autour de vous, il y a peut-être plein de gens debout (verticaux) et vous êtes à l’intérieur d’un wagon de forme cylindrique ou un peu rectangulaire.

Si vous êtes chez vous, assis à votre bureau, le plan de travail de celui-ci est horizontal, carré. Et de quel couleur ?

Si vous touchez ce qu’il y a autour de vous, c’est comment ?

Votre bureau, là, ou le siège sur lequel vous êtes assis.e, c’est comment ? Froid, chaud ? Dur, mou ? Solide, fragile ?

Prenez conscience de comment c’est tout cela.

Et si vous respirez à plein poumons… Il est comment l’air qui pénètre en vous ?

Comment ça sent ?

Et puis l’ambiance sonore, c’est comment ?

Personnellement, au moment où j’écris ces lignes, j’entends le bruit du lave-vaisselle dans ma cuisine. Ça fait glouglou et on entend une espèce le rythme entêtant de l’eau propulsée par les bras qui tournent.

Et vous là où vous êtes, au moment où vous lisez ces lignes, ça fait comment ? Calme, silencieux, bruyant ?

Prenez conscience de tout ce qui vous entoure.

Comment est votre environnement autour de vous, là, tout de suite.

Écrivez tout ce qui vous apparait.

Prenez conscience de l’ambiance dans laquelle vous vous trouvez, de comment ça bouge autour de vous, de comment ça fait…

Trop souvent on se coupe de l’extérieur, on se replie sur soi. Au contraire, faites corps avec ce qu’il y a là. Devenez ce qui est autour de vous et exprimez toutes les sensations que cela produit.

Prenez tout le temps nécessaire.

Fermez les yeux si besoin, cela aide à s’intérioriser. Mais ce n’est pas obligatoire.

C’est bon ?

Vous avez vu ? Le plus dur ce n’est pas ressentir. Le plus dur c’est exprimer.

Exprimer ce que l’on ressent, c’est tout un art.

Les mots sont souvent insuffisants pour exprimer la richesse d’un ressenti.

Et c’est une raison de plus qui valide le fait que les plus talentueux sont souvent ceux qui savent le mieux s’exprimer et le mieux exprimer leur sensations… c’est précisément ce que font les artistes.

Je ne suis pas en train de vous dire qu’il faut devenir artiste même si cela vous aidera sans doute énormément.

Je suis en train de vous dire qu’il faut être relié à vos sensations et à vos émotions et apprendre à les exprimer.

Ce premier exercice s’appelle « prendre conscience du moment présent et l’exprimer »

Le second exercice s’appelle « prendre conscience de ce qui change ».

Pour faire le second, il faut faire le premier… et puis changer d’endroit.

Par exemple, vous sortez de la rame du métro et vous vous retrouvez dehors.

Ou alors vous entrez dans une boutique.

Ou encore vous quittez votre bureau et entrez dans la cuisine.

Ou tout bêtement, vous quittez la rue et entrez dans le hall de votre immeuble.

Peu importe.

Prenez conscience de ce qui a changé au moment où vous avez changé d’espace.

Recommencez le premier exercice et cette fois, prenez conscience des différences.

D’ailleurs, en prenant conscience de nouvel endroit, par contraste, vous pouvez mieux ressentir le premier.

Ce genre d’exercice ne prend pas beaucoup de temps.

Ce n’est rien d’autre qu’une forme de méditation.

Les gens qui pratiquent la méditation, en plus d’améliorer considérablement leur santé et leur bien-être, développe naturellement une capacité intuitive.

Faites cet exercice au moins une fois par jour.

Quelques minutes suffisent.

Vous en tirerez énormément de bienfaits.

Et si vous voulez, dans quelques jours ou dans quelques semaines, postez un commentaire pour me dire ce que cela produit sur vous, les difficultés rencontrées ou les bienfaits que vous aurez constatés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ? Recevezle prochain directement par e-mail:

De cette façon, vous pourrez aussi :

1- découvrir les arts divinatoires et vous en servir efficacement

2- exercer vos capacités intuitives et améliorer vos résultats

3- comprendre la voyance et les activités de consultation

Un message vient de vous être envoyé. Pour valider votre demande, suivez les instructions. Assurez-vous enfin que l'adresse contact@clevao.com se trouve autorisée par votre application de messagerie.